Rapport au temps et conséquences

15.08.2017

 

 

 

Je vous partage un article de mon ancien blog, ViedeKifs. Parce que c'est trop important ... Profitez bien de cette période de vacances. With Love 💓

 

Hier, j'ai eu un laps de temps privilégié rien qu'à moi entre deux rdv. Personne à la maison, pas de rdv, pas de télé, juste une petite musique zen pour m'accompagner. Pendant ce moment unique, j'ai constaté que de nouvelles manies me prennent quand je suis seule chez moi. Je me rends plus disponible à la sérénité. Je m'ouvre à la zenitude, ce qui n'est pas forcément une évidence, ceux qui me connaissent vous le diront ... 

 

Je suis plutôt du genre active. Toujours en mouvement, avec 1000 idées à l'heure. J'aime être sur le terrain et dans l'action, je vibre quand je bouge, quand je me sens grandir et quand je fais grandir. Mais je vibre aussi quand je sens que je flotte. Quand la vie me berce et que mon esprit erre. J'aime vivre un certain équilibre entre action et temps de pause. Il me faut d'ailleurs autant de temps de vacances et de repos que de travail. Revenons à l'année dernière. A la fin de ma grossesse, je savourais chaque journée passée en solo car je savais à quel point ce serait différent quand je serai jeune maman.

 

Chaque moment rien qu'à moi était un présent dont je me délectais à chaque instant. J'avais vraiment l'intention de me rendre 100% disponible pour ma fille et ne pas lui faire ressentir une quelconque frustration de ma part, ni en ressentir moi-même. J'avais l'intention de savourer pleinement cette nouvelle expérience de la maternité et je ne voulais ressentir une quelconque souffrance lors de cette aventure unique que je ne revivrai jamais. J'avais l'intention de vivre sereinement l'arrivée de notre petite fée.

 

C'est amusant quand on y regarde, car je réalise que j'avais pris cette décision dans le but de lui donner tout mon cœur et tout mon temps. Je fais partie de ces mamans qui ne veulent pas laisser leur bébé pleurer. Si elle pleure, c'est qu'elle a un besoin, qu'elle a besoin d'être rassurée et je ferai tout pour qu'elle trouve le réconfort dont elle a besoin.

 

Devenir maman était une expérience inattendue pour moi, et pour celles qui l'ignorent, je ne désirais pas devenir maman. Et pourtant quand je l'ai su, j'ai accueilli la nouvelle avec la plus grande joie. Une joie jamais égalée. Le plus merveilleux des cadeaux que la vie ait pu me faire. J'ignorais à quel point je désirais un enfant jusqu'à ce jour. Truc de dingue: nous allions, son papa et moi, créer une famille. Une famille que nous voulons bienveillante et aimante, unie et soudée.

 

 

Cette expérience de la grossesse et de la maternité m'ont alors permis de revoir mes essentiels et mes fondamentaux.

 

 

J'avais déjà quitté le commerce pour accéder à un mieux-être professionnel et retrouver plaisir et sens dans mon job. Je désirais aussi une meilleure qualité de vie, sans cette pression permanente ni ce pseudo besoin de bosser toujours dans l'urgence! Je désirais donc vivre au plus près de mes valeurs et de ce qui compte pour moi. Les pseudos-urgences du type

  • "Vite, l'affiche vitrine est tombée, faut en r'commander une viiiiiite, ohlala on va foirer notre journée sans affiiiiicheuuuuu!'" 

  • "Viiiiite, c'est super méga urgent de former Delphine au nouveau pliage des jeans parce que son dernier jean était méga mal plié!"; 

  • "Viiiiiiiiiiiiiiiite bordel, c'est over méga supra urgent de mettre tes sticks taille sur la pile de pulls sans sticks! Les gens ne savent pas lire des étiquettes, tu te rends compte?"

avaient le don de me hérisser le poil! Je me suis alors dit "Hors de question que je retrouve ces habitudes franchement pourraves et encore moins que je me mette une pression inutile ni que je n'en mette aux autres!"

 

Pourtant, dans les premiers mois de vie de Bébé, alors qu'il était parfois temps de faire une pause, ce n'était pas une évidence pour moi d'accepter de prendre ce temps. Tout au moins, jusqu'à il y a 2 ou 3 mois. Vous le savez, je travaille de chez moi, ce qui est hyper pratique quand on a un p'tit bébé. J'ai cette chance énorme et c'est vraiment un privilège dont j'ai conscience. Quand elle est née, et ce, jusqu'à ses 6 mois environ, entre l'allaitement et le reflux gastro-oesophagien, pas de siestes, pas de station allongée, pas de station semi-allongée, des changes plusieurs fois par jour, vous l'aurez compris, mes bras ont été son meilleur réconfort pendant très longtemps. Et comme elle n'aime pas être en écharpe, il n'y avait réellement que mes bras et le peu de muscles qu'il leur restait pour la soulager! Le répit était donc très rare. Toutefois, je n'ai jamais voulu voir cette période comme un fardeau ou un poids, même si j'étais évidemment très fatiguée... Cela faisait partie de son expérience de nourrisson et de mon expérience de nouvelle maman.

 

Heureusement, Papa faisait son maximum malgré une première journée au boulot, et la deuxième ensuite à la maison avec nous. En plus de tout ça, comme beaucoup d'entre vous, j'ai l'esprit clair quand mon home sweet home est clean et ordonné. Donc quand j'avais une heure de libre, j'en profitais pour œuvrer en ce sens et nettoyer notre espace de vie! Quand je range, quand je nettoie, je me sens nettoyée de l'intérieur et j'ai l'esprit plus clair. Et ça, c'est une excellente chose! (Je ferai d'ailleurs prochainement un article sur le fait de faire son développement personnel à travers les actes pourtant anodins du quotidien.Vaste sujet ...) Le truc, c'est qu'une fois que j'avais accompli toutes ces tâches, qui malgré tout me faisaient plaisir et me donnaient une bonne estime de moi (à nous deux, on se débrouillait plutôt pas mal), j'vous le donne en milles, je n'avais plus de temps pour mes loisirs, qui sont: la nature, la marche, la créativité, mon job, la lecture, l'écriture pour ce qui me passionne vraiment.

 

Donc quand Monsieur rentrait et que j'avais une heure de répit, j'en profitais pour... faire tout ce que je n'avais pas le temps de faire: étendre le linge, aspirer, laver les sols, manger, boire, ....  puis... reprendre mon tout petit contre mon cœur 2 à 3 heures par soirée... Bébé s'endormait épuisée à 23h, et Maman aussi. Une vraie vie de maman à temps archi plein.

 

Quand elle a eu 6 mois en mars, j'éprouvais une envie très forte de dévorer des tas de livres, de me former, d'écrire, de partager, de créer de nouvelles choses, mais... pas de temps pour ça... Pourtant, en fin d'année, j'ai bel et bien repris le chemin du développement personnel et commencé à reprendre mon job! La création de mon nouveau site me demandait du temps, structurer ma communication aussi, développer mon réseau aussi, peaufiner mes outils aussi, créer mes nouveaux accompagnements aussi... Et ouf, heureusement, la station assise et le fait d'avoir enfiiiiiiiiiin trouvé le bon lait ont changé la vie de notre princesse et par conséquent, la nôtre aussi! Merci Guigoz AR! Si vous connaissez des mamans en galère malgré d'autres laits anti-régurgitations, Guigoz est le seul sans caroube, caroube qui est la cause de nombre de coliques!

Cette nette amélioration m'a permis d'entrevoir une lueur d'espoir quand à ma capacité à développer et exploiter mon plein potentiel. Et là, un truc m'a fait tilt. On entend souvent que quand on veut, on peut. Que qui veut du temps en trouve. Ok, je suis assez d'accord. On en parle avec Lyvia de jemecasse.fr, dans l'interview ici.

Mais si ce n'était pas la priorité, là, maintenant, tout de suite? Et si la priorité était en fait de prendre son temps pour réaliser pleinement quelque chose? Pour mener à bien une action, un projet? Pour accompagner au mieux un proche? Pour créer quelque chose de spécial? Qui prend aux tripes? Qui vous absorbe totalement?

Parfois, on n'a pas le temps parce qu'on n'a VRAIMENT pas le temps et que les priorités sont ailleurs.

 

Ma priorité était ma fille. Ma priorité était de comprendre ce qu'elle avait. Ma priorité était que les médecins nous écoutent une bonne fois pour toutes. Ma priorité était de lui trouver le bon lait. Ma priorité était que l'on me croie et que l'on nous apporte une solution efficace. Ma priorité était que nous nous soutenions, mon compagnon et moi-même. Ma priorité était d'accompagner ma fille pendant cette période pas évidente pour elle, de me mettre à son écoute et de lui être disponible. Ma priorité était que mon tout petit ne subisse pas les conséquences de ma fatigue. Ma priorité était que ce put**n de RGO lui lâche la grappe! Ma vraie priorité était donc là! 

 

Oui, je n'avais pas le temps. Et c'est normal de ne pas avoir le temps parfois.

 

Je n'avais pas envie d'avoir le temps de faire autre chose. Je voulais simplement que ma fille aille bien et que ce foutu RGO passe son chemin! Et tant que ce n'était pas le cas, si elle avait besoin de mes bras, je l'y accueillais autant qu'elle le désirait! Et ce sera le cas tout au long de sa vie. Car dans mes valeurs profondes, ce qui compte le plus pour moi dans ma vie, c'est l'amour et la bienveillance en famille.

 

Je crois en un demain meilleur par une éducation et un accompagnement parental bienveillant et rassurant. Et qui plus est, je veux que chaque minute vécue avec mon tout petit soit vécue avec sérénité autant pour elle que pour moi ou cet homme merveilleux qui partage ma vie. Donc forcément : Priorité number 1: que ma belette ne souffre plus et soit détendue. Donc j'y mettais tout mon cœur et investissais tout mon temps pour son bien-être, comme j'en avais eu l'intention lors de ma grossesse. Aaaah le pouvoir de l'intention, vraiment, il faut que je vous fasse un article dessus! ;-)

Comprendre et lâcher prise face à ça a changé mon rapport au temps. Le temps, là, j'en avais autant que tout le monde, mais je choisissais de l'investir pleinement pour ma fille. 

 

 

Et à partir de là, j'ai compris que le temps, tu en as autant que tu veux. Il est simplement là où tu places tes priorités.

 

 

 

Je pense qu'il est déjà nécessaire d'accepter. Accepter qu'aujourd'hui, nous n'avons pas le temps, et lâcher-prise sur la situation à l'heure actuelle. Ce n'est pas dramatique, et bonne nouvelle, cela se corrige!

 

Mais aussi accepter que nous avons tous le même nombre d'heures dans une journée et que le temps ne s'allongera jamais, que nous sommes nous-même les maîtres de notre temps et que nous l'utilisons selon ce que nous pensons être des priorités, que nous pouvons changer notre rapport au temps pour vivre plus sereinement et que notre organisation est modifiable, que nous avons la possibilité de modifier l'ordre de nos priorités selon nos valeurs, nos impératifs, et notre état d'être...

 

L'acceptation et le lâcher-prise amélioreront nécessairement votre rapport au temps. Si malgré le fait que vous ayez accepté tout ça, vous ressentez encore des freins quant à la modification de la gestion de votre organisation au quotidien, il y a peut-être des blocages à identifier et des croyances à modifier. A partir du moment où vous décidez d'agir sur ces aspects-là, vous dépasserez le stade de la frustration et le sentiment de manque, et vous serez disposée à faire évoluer votre gestion du quotidien. Le temps est plus un allié qu'on ne nous le fait croire...

 

Et vous, le temps? Vous le considérez aujourd'hui comme un allié ou comme un ennemi? Vous avez la sensation d'en manquer? D'en être esclave? Et si vous me partagiez votre ressenti actuel et ce à quoi vous aspirez en commentaire?

 

 

Prenez soin de vous 

 

Céline.

Share on Facebook
Share on Twitter
Please reload

Cris du Coeur et Appel de l'Humanité

27.11.2018

La concurrence telle qu'on nous la montre, c'est has been et c'est tant mieux...

23.01.2018

1/10
Please reload

Vous aimerez peut-être:

 

Hello à toutes et Bienvenue ! 🙂

 

Je suis Céline et je vous aide à créer le style de vie qui colle VRAIMENT à votre personnalité et vos aspirations, à travers le biais de l'entrepreneuriat, ou pas ;) ! 

J'aide toutes celles qui se sentent étriquées dans cette société aussi has been que source de tous les possibles, à se libérer des conditionnements pour créer LEUR vie de kifs. Si vous êtes ici, apprêtez-vous à retrouver votre âme d'enfant, vous réveiller après un loooooong sommeil, entrevoir le soleil de la vie, et lui ouvrir les bras. 

 

Enfin! 💃

© 2017 Les Serial Kiffeuses - Marque Déposée - Tous droits réservés

  • Instagram - Cercle blanc
  • Facebook - White Circle