Déballe ta valise et kiffe l'aventure entrepreneuriale...

20.04.2017

 

 

 

 

 

Vous êtes là, avec votre valise bourrée d’idées et de rêves… Vous vous imaginez à la place de cette jeune femme? Tournée vers l’inconnu, l’incertain, la nouveauté, votre valise à la main, prête à en découdre avec le passé et même, le maintenant..

 

 

Finie la soumission ou la peur du retour au salariat!

Fini l’annihilement de vos talents!

Finies les galères d’horaire et de transport!

Finis l’ennui et ce fucking sentiment d’inutilité!

Finie cette vie où votre famille et votre équilibre perso passent après!

Finie cette vie de non-sens et de conditionnement!

 

 

Vous voilà prête à déballer votre valise à idées, bourrées de projets, d’envies et d’aspirations. Tout est certainement roulé en boule à l’intérieur. Tout y est déposé en vrac. Je dirais même que tout est probablement froissé. Mais vous savez quoi? C’est NOR-MAL!

 

Créer sa vie à partir de l’inconnu, ça implique forcément une période de bordel. Le bordel quant à ce qu’on veut VRAIMENT créer, le bordel émotionnel vous faisant osciller entre ces pensées schizophréniques « Je n’ai plus envie de cette vie sans aucun sens pour moi, faisant passer en dernier mes priorités, comme ma famille et ma vie personnelle » et « Mais t’es folle ou quoi, meuf? Si tu oses créer ton activité, tout va changer et tu vas tout perdre! C’est sûr tu vas TOUT perdre, j’te dis! »

 

Et je vous le confirme, vous allez tout perdre. Vous perdrez l’ennui (p’tain c’est trop bien!), vous perdrez vos repères (fiou, mon mental me fait croire que c’est pas cool du tout!), vous perdrez le non-sens (p’tain c’est encore plus bien!), vous perdrez une vie sans saveur et toujours plus sous pression. FUCK la déprime, quoi!

 

Oui parce que quand on entreprend, on re-crée tout en fait. On re-crée les fondements de sa vie puisqu'on rebâtit son propre équilibre intérieur. On entreprend généralement peu, nous les femmes, pour exploiter un marché ou un secteur porteur. Nan. On entreprend généralement parce que quelquechose nous prend aux tripes et que c’est plus fort que nous: on DOIT en faire quelquechose. On DOIT en faire notre métier.

 

Personnellement, j’ai quitté le salariat en plein burn-out, mon N+1 étant un ouf de la manipulation humaine. Pourtant, j’adorais mon métier et en toute humilité autant qu’en toute franchise, j’étais une excellente directrice de boutique. Je n’ai donc pas douté de mes capacités quant au fait d’entreprendre. Les doutes étaient plutôt situés au niveau du projet lui-même. Je voulais créer un métier plein de sens pour moi. Qui me porte et m’anime chaque jour, et dans lequel je me sente VRAIMENT utile. Mais genre VRAIMENT VRAIMENT.

 

Après avoir bossé dans la distribution et donc, dans des grands groupes internationaux pendant plus de 10 ans, j’avais besoin de retrouver de l’humanité. De me rapprocher de l’individu et de contribuer « humainement ». Je voulais partager de l’humanité.

Quoi de plus beau que de donner du love à nos semblables? Ouais, quand on entreprend avec nos tripes, souvent, on a du beau à donner. Du rose. Du kif. Du love. Parce qu’y a qu’ça qui compte. 

 

Et puis, après quelques années (douloureuses) d’errance entrepreneuriale en tant que conseillère en image et coach, j’en ai eu ras la nénette.

 

  • J’en ai eu ras-la-nénette de souffrir d’avoir des aspirations à des kilomètres de ce que j’avais commencé à créer!

  • J’en ai eu ras-la-nénette de ne pas aller au bout de mes idées et créer un truc qui me ressemble VRAIMENT!

  • J’en ai eu ras-la-nénette de lutter intérieurement entre y aller à fond et freiner des quatre fers, doutant de là où j’atterrirai!

  • J’en ai eu ras-la-nénette de m’épuiser à travailler pendant des amplitudes horaires de guedin, tout ça parce qu’y avait des trucs pas clairs!

  • J’en ai eu ras-la-nénette de m’embrouiller avec Chéri qui ne comprenait rien à l’entrepreneuriat et avait sa logique de salarié!

  • J’en ai eu ras-la-nénette de me sentir incomprise alors que c’était d’abord à moi, d’essayer de mieux m’exprimer sur ce que je vivais!

  • J’en ai eu ras-la-nénette de me faire passer en dernier, de bouffer n’importe comment, de ne pas dormir, et de m’aérer quand j’avais fini un énième truc à faire de ma to-do list!

  • J’en ai eu ras-la-nénette de m’éparpiller et d’avancer dans le brouillard dans mes projets!

  • J’en ai eu ras-la-nénette d’accepter n’importe quelle prestation, même des qui ne me plaisaient pas du tout, tout ça parce qu’il fallait payer les factures!

  • J’en ai eu ras-la-nénette de ne plus avoir de vie sociale, de ne plus apprécier les moments en famille ou avec mon amoureux!

  • J’en ai eu ras-la-nénette de mettre mon énergie là où il n’était pas du tout judicieux que je la mette!

  • J’en ai eu ras-la-nénette de me mettre ENCORE PLUS de pression que ce que je vivais déjà en tant que salariée (et mon boss était un champion du monde dans le genre!)

  • J’en ai eu ras-la-nénette de souffrir plus que lorsque j’ai fait mon burn-out au point d’en faire un deuxième après la fermeture de mon espace de co-working!

  • J’en ai plus que ras la nénette de voir que nous, les nanas, nous soyons toujours là à douter de nous, à fuir la kiffitude, à nous auto-flageller de toutes nos forces parce que nous sommes « celles qui doivent »

 

FUCK FUCK ET RE-FUCK!
 

 

Fuck la souffrance! Sous toutes ses formes!

Fuck la soumission, idem, sous toutes ses formes!

 

On n’est pas obligées d’en chier pour que notre boîte et ce que l’on a entrepris ait de la valeur!

On n’est pas obligées de cumuler les galères pour sentir qu’on mérite le kif, putain!

On n’est pas obligées de s’infliger de la douleur en soutien pour notre compagnon qui se lève le visage vide tous les matins!

On n’est pas obligées de galérer pour ressentir la joie de recevoir!

 

 

 FUCK, FUCK et TOUJOURS FUCK!

 

 

Que vous soyez déjà installées, ou une entrepreneuse en devenir, sachez que ça a le droit d’être sympa, fun et facile! Oui. C’est possip’! Je répète (la répétition fixe la notion, paraît) :

 

Ça a le droit d’être intense, de demander du travail, des efforts, SANS POUR AUTANT induire de la douleur et de la frustration! Ça a même le droit d’être sympa, fun et facile! Ça a tout simplement le droit d’être super méga giga kiffant, même si ça demande du travail! 

 

Alors:

  • Parce que j’en ai ras-la-nénette de voir toutes ces merveilleuses femmes que vous êtes à des kilomètres de leur Puissance Féminine !

  • Parce que je veux pour vous le meilleur et que vous compreniez comme ce meilleur, si doux, est le seul choix possible pour vivre une vie harmonieuse et profondément joyeuse.

Parce que j’en ai ras-la-nénette de voir mes soeurs morfler et se ronger les sangs par devoir et sens du sacrifice, j’ai créé le Défi des Entrepreneuses Qui Déchiiiiiiirent de Mars. Le thème? Entreprendre SANS Souffrance, NI Sacrifice pardi! Ouais. Grâce aux conneries que j’ai faites, je vous évite de faire les mêmes et de vraiment vraiment tout perdre. Mais genre TOUT. Dignité, estime de vous, organisation, esprit d’initiative, audace, confiance en vous, équilibre familial, social et amical, confiance en la réussite de votre projet...

 

 

Grâce aux conneries que j’ai faites dans mon couple, je vous aide à mieux communiquer avec votre partenaire, parce que putain, le but, c’est quand même la kiffitude en famille et dans votre couple! 

 

Grâce aux conneries que j’ai faites, aux oeillères que je me suis mises, et à ce que j’ai réussi à faire pour en arriver là aujourd’hui, je vous aide à atteindre votre kiffitude suprême. 

 

Grâce à cette grave erreur que j’ai faite de vouloir créer un projet qui séduise des clients potentiels, je vous aide à entreprendre de la manière la plus juste et la plus authentique selon votre personnalité et vos aspirations.

 

 

Parce que c’est grâce à vous toutes que le monde est un peu plus rose.

Parce que c’est grâce à vous que nos enfants feront des adultes épanouis.

Parce que c’est grâce à vous que les mentalités évoluent.

Parce que nous toutes, les Femmes, faisons corps et nous unissons tout en laissant éclore notre unicité.

Parce que nous, les Femmes, méritons plus de douceur, de bienveillance, d’efficacité, de tempérance et de constance émotionnelle pendant l’aventure!
 
Parce que nous avons non seulement le droit d’atteindre une stabilité matérielle grâce à ce job né de nos tripes, mais en plus, nous avons le droit d’en kiffer le chemin!
 
Vraiment. C’est important. Essentiel, même. 
 

 

Vous aussi, vous voulez éviter ou arrêter d'en chier? Y a un Programme sur 100 Jours hyper cool à votre disposition (j'en parle bientôt :) )

Avec tout mon Amour ♥

 

Céline.

Share on Facebook
Share on Twitter
Please reload

Cris du Coeur et Appel de l'Humanité

27.11.2018

La concurrence telle qu'on nous la montre, c'est has been et c'est tant mieux...

23.01.2018

1/10
Please reload

Vous aimerez peut-être:

 

Hello à toutes et Bienvenue ! 🙂

 

Je suis Céline et je vous aide à créer le style de vie qui colle VRAIMENT à votre personnalité et vos aspirations, à travers le biais de l'entrepreneuriat, ou pas ;) ! 

J'aide toutes celles qui se sentent étriquées dans cette société aussi has been que source de tous les possibles, à se libérer des conditionnements pour créer LEUR vie de kifs. Si vous êtes ici, apprêtez-vous à retrouver votre âme d'enfant, vous réveiller après un loooooong sommeil, entrevoir le soleil de la vie, et lui ouvrir les bras. 

 

Enfin! 💃

© 2017 Les Serial Kiffeuses - Marque Déposée - Tous droits réservés

  • Instagram - Cercle blanc
  • Facebook - White Circle