Cris du Coeur et Appel de l'Humanité

27.11.2018

 

 

Hier soir, je rentre épuisée après une journée pourtant douce et sereine, bien que teintée de quelques contrariétés administratives #vismaviedentrepreneuse. Mais quand Bébé décide de prendre votre utérus pour un trampoline pendant quelques heures, ça finit par piquer. Pour couronner le tout, j’en ai oublié d’aller faire ma prise de sang, j’ai rdv demain chez la gynéco, tout va bien. 

 

 

 

ECOUTE TON COEUR, PARTIE 2/3.

 

 

J’éclate en sanglot pour la deuxième fois depuis samedi, et peut-être que si vous écoutez vous aussi votre humanité, vous pourrez entendre le bruit de votre âme et l’appel de votre coeur quand je vous parlerai de la partie 1/3 plus bas dans ce billet.

 

Donc, de manière totalement incontrôlable, je me mets à pleurer. Impossible de retenir quoique soit. De toutes façons, depuis que la deuxième petite vie en moi est là, je ne peux plus rien retenir. J’accepte et je libère. Point. J’écoute mon corps et mon coeur et je sens qu’à cet instant, je ressens une forme d’angoisse. 

 

 

 

Et si mes rêves étaient plus grands que moi?

Et si je n’étais pas physiquement pas capable de les vivre et les concrétiser ?

Est-ce que le fait d’être maman pour la seconde fois me permettra de continuer de faire vivre la flamme qui m’anime et créer tout ce que je veux créer? 

 

 

 

Merci les hormones, merci le bidou qui tire et les nuits hachurées... Je ne doute pas de moi, je ne doute pas de ma passion, je ne doute pas de ma foi. Je doute des capacités physiques de mon corps. Ok, j’accueille, je laisse passer, ça va passer. Ma passion est trop forte, de toutes façons, alors laisse tomber le comment et laisse glisser, Céline. Prise de sang faite, je propose de nous balader dans un endroit où nous allons beaucoup l’été et où nous allions beaucoup quand ma poupée était petite.

 

Bien qu’elle ait seulement 3 petites années au compteur, notre fille nous épate par sa mémoire. Incroyable comme elle aussi, se souvient avec précision de ses premiers mois de vie. Elle refait les mêmes jeux, prend sa voix de bébé et s’exclame « Regarde Maman, comme quand j’étais bébé »  Mon coeur se serre, je retrace le chemin et cela me confirme encore plus un projet que j’ai en tête et sur lequel j’avance en ce moment. Et je me souviens... 

 

Nous venions sur cette plage chaque été de nos vacances.

Cette plage où notre poupée a fait sa première rencontre avec la mer,

Cette plage où tout s’est décidé.

 

Un flash m’est revenu de ce moment où nous repartions après cette douce après-midi pleine d’amour et d’émotions voyant notre princesse remplir son seau d’eau bon gré mal gré, un peu trop lourd pour elle. Mon amoureux et moi, on s’était alors arrêtés et éclair de génie:

 

 

C’est ici.

 

 

4 ans que nous cherchions l’endroit où poser nos bagages et il était sous notre nez. Je prends conscience en vous écrivant à quel point l’ancrage est fort. C’était bien sur cette plage que tout a commencé. J'avais oublié.

 

Je me souviens alors des rêves que j’avais en tête en 2016, de la plénitude profonde que je ressentais d’être ici avec elle, avec eux, mes plus chers, mes précieux, à chaque fois que je me rendais sur cette plage. Mon sentiment d’angoisse s’apaise, je suis juste présente à mes amours et nous nous baladons. 

 

Il fait froid, le coucher de soleil rosit le ciel tandis que nous observons la mer, les bâteaux, la beauté et la paix qui règne ici. Tout devient si calme. Nous finissons par un tour au parc, la puce cueille des fleurs pour sa petite soeur et zou on rentre assez tôt. Si tôt que nous avons le temps de cocooner sous la couette et de regarder un dessin animé doux et calme.

 

Au gré de nos errances youtubesques, je découvre Dany le Dauphin. Comme nous venions de jouer à deviner les poulpes, les tortues, les bothus, mérous et autres dauphins et baleines sur les affiches présentant l’univers marin au port, notre choix est fait: va pour Dany!

 

 

 

ECOUTE TON COEUR, PART 3/3.

 

 

Pour la troisième fois depuis Samedi, mon coeur se remplit d’émotions et se serre une fois encore. Si vous ne connaissez pas Dany le Dauphin, je vous conseille de le visionner parce qu’il donne une si tendre et jolie vision du sens de la vie et de notre rôle à tous ici. Je vous résume sans spoiler.

 

Dany le Dauphin est un jeune dauphin qui en a assez d’être dans son lagon. Il y est en sécurité, avec ses semblables toussa toussa mais il en a assez de vivre la vie qu’on lui montre comme suite logique qui consiste à passer son temps à une seule chose: pêcher. Tel est leur but dans la vie: pêcher. Alors que lui, ce qu’il aime, c’est surfer. Il adore surfer, c’est ça, ce qu’il veut faire de sa vie. Mais dans son lagon tout calme, paisible et confortable, impossible. Il doit donc outrepasser les règles s’il veut vivre ses rêves et surfer autant que possible: il n’a d’autres choix que de sauter de l’autre côté du lagon. C’est sans compter le doyen qui essaie de le ramener à la raison, de le diriger dans le lagon « immédiatement » sinon il est exclu définitivement. Il hésite…

 

Mais Dany a entendu la Voix de la Mer, elle lui parle mais ne parvenant pas à mettre un visage sur cette voix, il continue son chemin. Puis il rencontre une magnifique raie manta. Celle-ci le reconnaît par la flamme qu’il a dans le regard. Elle lui annonce alors qu’il a un rôle majeur dans l’océan et que c’est en écoutant son coeur qu’il saura quelle est sa mission. Elle est un ange de la mer, elle devait lui passer ce message. « Si tu écoutes ton coeur, tu ne seras jamais seul. Nous sommes là » et le serre dans ses nageoires pour lui transmettre tout son amour. 

 

Daniel va-t-il oser? Quelle sera la suite? Quels seront ses obstacles? Quel est donc ce rôle crucial pour tout l’océan? Que va-t-il découvrir?

 

 

 

Dans tes dents, meuf.

 

 

Toi qui viens de passer dans des tourbillons émotionnels déroutants, tu rererefonds en larmes. Tu comprends que ce n’est pas un hasard que tu aies vécu cet épisode de come back sur ta plage-ancrage. Nous avons tous en nous des rêves. Et nous avons tous la capacité de les vivre et de les incarner pleinement. Si nous cessons de lutter. Si nous accueillons l’inspiration. Si nous nous donnons suffisamment d'amour en nous acceptant inconditionnellement. Sommes-nous donc capables de les écouter? Avons-nous le coeur ouvert à nous-même? Savons-nous vraiment donner de l’importance à ce qui compte VRAIMENT? 

 

 

Dans une société complètement obsolète, dans une société en pleine évolution, nous avons toutes et tous notre rôle à jouer, et il est plus que temps de nous aimer suffisamment et véritablement pour nous permettre de vivre une vie juste et pleine de sens pour nous et incarner pleinement nos valeurs. Nous ne sommes pas que de bons petits pions éduqués pour accomplir, suivre le mouvement et nous adapter à ce qu’on exige de nous. Nous sommes des êtres humains, nous sommes libres de penser, d‘être, de vivre comme on le désire. 

 

Et nous sommes aussi, bien que tout nous ait poussé à l’individualisme, connectés les uns aux autres. Que vous le vouliez ou non. Que vous pensiez être non sociable, que vous pensiez ne pas aimer les humains et exécrer ceux-ci par leur négligence, leur individualisme, leur opportunisme, leur agressivité, leur mépris…. Ou que sais-je.

 

 

Vous aimez les humains, même si vous pensez le contraire.

 

Car ce ne sont ni votre âme ni votre coeur qui vous disent que vous ne les aimez pas et que vous n’êtes pas à votre place dans ce monde.

 

C’est la "raison", ce sont les preuves, ce sont les comportements de personnes x à un moment donné dans leur faiblesse qui vous procurent cet effet. La vérité? Vous aimez vos semblables.

  

 

 

 

ECOUTE TON COEUR, PARTIE 1/3

 

 

J’ai longtemps ressenti ça. J’ai longtemps ressenti que j’étais différente. On m’a dit des centaines de fois que j’étais utopiste, trop naïve, … J'ai souffert de voir ce que des humains peuvent faire à leurs semblables. Et j'en suis profondément attristée et en colère parfois. Toutefois, j’ai beau aimer ma solitude, être dans ma bulle, entrer en moi-même, me sentir oppressée par les énergies de chacun lors de mouvements de foule et travailler sur Internet, je sais que j’aime les humains et leur beauté. 

 

 

Je le sais parce que j’aime écouter, transmettre, donner du pouvoir, faire grandir, éveiller, apaiser un coeur lourd et donner de l’amour. 

 

Je le sais parce que je vois le beau et la magie de celui ou celle qui est en face de moi. 

 

Je le sais parce que … je fonds en larme à chaque mouvement de foule, à chaque rassemblement, à chaque mouvement de solidarité. 

 

 


Et ce dernier est un indicateur très fort. Je me prends une gifle d'amour dans ces moments-là. Un sentiment profond de connexion ou une grande admiration pour la connexion qui se produit entre chaque membre du groupe m'envahissent dans l'instant et je l’ai vécu encore une fois ce samedi 24 novembre, grâce aux Gilets Jaunes. Je ne rentrerai pas dans un pour ou contre les violences sur les Champs Elysées, je suis évidemment adepte de la communication en douceur. Ce qui est beau pour moi, c'est le rassemblement, la solidarité, l'union dans un monde déchiré. 

 


Quand nous sommes arrivés au rond-point de notre ville, que j’ai vu tous ces gens rassemblés dans le froid, j’ai vu leur visage, leur corps, leur âme. Et ils étaient là, souriants, solidaires et tout le monde, nous compris on s’est mis à klaxonner pour leur manifester notre soutien. J’avais RDV sinon, je pense que je serai descendue serrer cette dame d’une soixantaine d’année qui criait « MERCI », un Merci du coeur, puissant, profondément reconnaissante de cette solidarité, qui n'est autre qu'un coup de Klaxon et des signes. 

 

Et cela me fait ça à chaque fois que je vois des gens danser ensemble, chanter ensemble, se rassembler, fêter un bel événement ou se soutenir dans l’épreuve.
Ils n’ont exprimé qu’une seule chose: de l’AMOUR pour leurs semblables, des MERCIS, des CRIS DU COEUR, et mon coeur à moi s’est ouvert avec puissance comme à chaque fois que je vois ou vis un rassemblement. Je n’ai pas su retenir et je me suis effondrée en larmes. Touchée en plein coeur, on dit, non? 

 

NOUS SOMMES TOUS INTERCONNECTÉS.  Mais nous n’avons pas appris à nous aimer. Nous avons appris la compétition, la lutte, le confort individuel et que tout ce qui est de l’ordre de la solidarité est sous-valorisé. 

 

Oui, le monde est en pleine évolution. Une évolution POSITIVE, bordel. Quoique l’on vous montre. 

 

Ma grand-mère qui a à peu près tout vécu, fuite, trahison, déportation, travail forcé par les SS, famine, maladie, perte d’un enfant, rejet de sa propre famille, …. Ma Babcia 💗 m’a souvent répété cette phrase « Je n’aimerais pas vivre votre jeunesse, votre monde me fait peur, il m’inquiète pour vous. Même si c’était terrible, je préfère ma vie à la tienne. » Et au lieu de me faire peur, je n’ai pas pu m’empêcher de la rassurer: on n’a jamais été dans une meilleure époque que maintenant pour renverser tout ça, en finir avec la noirceur et mettre un peu de couleurs et de douceur dans notre vie et la vie des autres. 

 

 

Je terminerai mon billet du jour par ces mots, parce qu'ils ne sont là que pour ça. 

 

 

 

On changera les choses.

 

Par nos mots qui libèrent. 

 

Par nos voix qui ouvrent la voie. 

 

Par notre conviction en notre légitimité à aspirer à autre chose. 

 

Par la vie qui vibre en nous.

 

Par l’Amour qu’on sera capable de donner sans retenue, pour ouvrir le coeur de chacun et construire un monde plus authentique et juste pour chacun. 

 

 

 

 

Sur ce, je vais sécher mes larmes et je file en rdv.

 

 

 

Avec TOUT MON AMOUR 💗

 

 

Céline. 

 

 

 

 

Share on Facebook
Share on Twitter
Please reload

Cris du Coeur et Appel de l'Humanité

27.11.2018

La concurrence telle qu'on nous la montre, c'est has been et c'est tant mieux...

23.01.2018

1/10
Please reload

Vous aimerez peut-être:

 

Hello à toutes et Bienvenue ! 🙂

 

Je suis Céline et je vous aide à créer le style de vie qui colle VRAIMENT à votre personnalité et vos aspirations, à travers le biais de l'entrepreneuriat, ou pas ;) ! 

J'aide toutes celles qui se sentent étriquées dans cette société aussi has been que source de tous les possibles, à se libérer des conditionnements pour créer LEUR vie de kifs. Si vous êtes ici, apprêtez-vous à retrouver votre âme d'enfant, vous réveiller après un loooooong sommeil, entrevoir le soleil de la vie, et lui ouvrir les bras. 

 

Enfin! 💃

© 2017 Les Serial Kiffeuses - Marque Déposée - Tous droits réservés

  • Instagram - Cercle blanc
  • Facebook - White Circle